flux RSS 1  flux RSS 2   sur  iTunes NOUVEAU le blog 3
  online-french-classes.com
le corrigé de la dictée
  accueil
home
the classes les cours français
écrit
le test les dictées les podcasts contact le blog
1
le blog
2
références
Sign me up for a FREE trial class   Inscrivez-moi pour un cours d'essai GRATUIT
la Dictée des Francophones
Pour qui souhaite pratiquer, réviser ou améliorer
son français écrit, cliquer ici.


transcription de la dictée numéro trente-quatre

Écoutez la dictée numéro 34
Qui possède l'outil possède le pouvoir. C'est cette révolution de l'égalité des moyens, donc des chances, qu'internet a déclenchée et ne cesse d'approfondir. D'où le désarroi des ex-privilégiés jaloux de leur toute-puissance fondée sur les moyens financiers: ils sont aujourd'hui submergés par le flot des quidams récemment pourvus de la technologie essentielle. Il y a peu publier ses idées, atteindre un large public était réservé au petit monde de la presse institutionnelle. Maintenant n'importe quel blogueur avec du talent, du moins avec le talent qui convient, est lu par des kyrielles de terriens. Vous tremblez journalistes du gotha. La preuve en est que vous invitez la plèbe, l'homme de la rue, le citoyen lambda à analyser l'actualité dans votre pré carré, dans vos colonnes ou sur vos ondes. Le comble. Si ce sont maintenant les lecteurs qui font le journal, qui lira le journal ? Les journalistes, peut-être !


transcription de la dictée numéro trente-trois

Écoutez la dictée numéro 33
Intervertir les rôles, voici une des clefs de la sagesse. Être parent après avoir été enfant, gardien de but et tireur de pénalties, élève puis professeur. Se mettre dans le peau de son contraire, c'est ainsi que tout s'éclaire. On réalise alors que l'habit suffit bel et bien à faire le moine. Cycliste on peste après les automobilistes, à peine au volant on vitupère contre les deux-roues. Un peu de mémoire que diable ! On est ulcéré par les critiques que nous assènent nos enfants, alors que l'honnêteté nous force à reconnaître que ces mêmes reproches nous les avons faits en leurs temps à nos parents. Il y a malheureusement un costume qu'il est impossible de troquer, c'est la défroque de la vieillesse: impossible de revenir à ses jeunes années pour y corriger ce que l'âge et l'expérience nous ont fait découvrir avoir été des erreurs.Un peu de distance donc et un peu de mesure dans nos jugements. On se trouvera peut-être demain être celui qu'on maudit aujourd'hui.


transcription de la dictée numéro trente-deux

Écoutez la dictée numéro 32
Ce matin j'ai installé ou plus exactement je ne suis pas parvenu à installer le boîtier de connexion envoyé par mon fournisseur d'accès à internet. Les instructions étaient clairement illustrées et présentées en couleur. Je les ai suivies scrupuleusement mais finalement le voyant n'a jamais cessé de clignoter en rouge. J'aurais dû téléphoner au fournisseur me direz-vous mais comment le faire étant donné que la ligne téléphonique est, avec ce nouveau système, couplée à la connexion informatique et que j'étais par conséquent démuni conjointement de l'une et de l'autre: on se sent parfois l'otage d'un système kafkaïen.


transcription de la dictée numéro trente-et-un

Écoutez la dictée numéro 31
La nostalgie est malsaine. Elle est romantique, peut-être même littéraire. Mais elle n'a rien à voir avec les sentiments. Pourquoi s'accrocher au passé et retourner en pélerinage sur les lieux de ses bonheurs défunts? Non ce n'est pas de l'ingratitude. Bien au contraire. Expérience aidant, on s'aperçoit que toutes ces choses, tous ces endroits qu'on aimait, en un mot tous ces souvenirs on les chérissait parce qu'ils servaient d'accessoires, d'environnement, de décors à l'existence des personnes qui nous accompagnaient alors, et ces personnes une fois disparues, ces choses et ces lieux ne sont plus rien: ils sont comme des coquilles vides.


transcription de la dictée numéro trente

Écoutez la dictée numéro 30
L'époque ne serait-elle pas un peu encline au masochisme ? Prenez les humoristes. Ils interpellent le public pendant le spectacle, sélectionnent des spectateurs et les injurient, le mot n'est pas trop fort, pour faire rire à peu de frais, si j'ose dire. Et tout le monde s'amuse : le bourreau, la victime et les témoins. Le petit gros, le chauve, celle qui a un grand nez sont hilares alors qu'ils ont payé pour se faire ridiculiser. A quand la fessée en public ? Mais j'y pense les élections approchent. Il n'y a pas de quoi rire.


transcription de la dictée numéro vingt-neuf

Écoutez la dictée numéro 29
Peut-être comme moi êtes-vous choqué par cette tension, cette agressivité qui règne sur les courts de tennis en particulier et plus généralement sur la plupart des terrains de sport. Les joueurs des deux camps s'invectivent, brandissent le poing, se jettent des regards hostiles ou provocateurs, se réjouissent avec ostentation des fautes commises ou des points perdus par leur adversaire. Où sommes-nous ? Sur un champ de bataille où des ennemis se rencontrent pour s'exterminer ? Le sport est-il devenu la guerre ? Que faudrait-il pour que le sport cesse d'être un spectacle pourvoyeur de violence et de mauvais sentiments : il suffirait que les spectateurs quittent leur fauteuil et deviennent acteurs, qu'ils fassent eux-mêmes du sport et qu'ils découvrent qu'ils sont leur meilleur adversaire, le plus constant, le plus exigeant et le plus invincible.


transcription de la dictée numéro vingt-huit

Écoutez la dictée numéro 28
Pourquoi demande-t-on aux artistes leur avis sur tout ? Pourquoi leur popularité devrait-elle en faire des philosophes omniscients ? Certains d'entre eux affichent ouvertement leur soutien à des courants politiques ou à des causes, et leur mépris ou leur haine pour d'autres. Comme tout un chacun ils sont libres d'aimer et de détester. Mais en quoi leur opinion serait-elle si éclairée que les journalistes la leur demande à tout bout de champ et l'utilise pour étayer des reportages qui ont l'ambition d'analyser la société. Les gens connus ont tendance à vivre entre soi et les porteurs de micro à tendre celui-ci aux bouches qui les embrassent dans les réceptions mondaines. Mais, maintenant que la parole est libre et globale sur internet, il se pourrait que le point de vue des célébrités n'intéresse plus grand monde et que les vedettes finissent par être considérées par le vulgum pecus comme des dinosaures s'égayant entre eux dans l'enclos de leur Jurassic Park et dont la crédibilité et l'influence se sont étiolées.


transcription de la dictée numéro vingt-sept

Écoutez la dictée numéro 27
Marronnier 1 hivernal, la presse s’ébaudit 2 de l’augmentation à deux chiffres des achats en ligne 3 des cadeaux de fin d’année. Les bonnes raisons ne manquent pas. Prix compétitifs, gain de temps, livraison à domicile, on ne se fait pas marcher sur les pieds et rares sont les pickpockets qui rôdent 4 dans son propre salon d’où la froidure est par ailleurs exclue. Pléthore 5 de bons motifs donc. Alors pourquoi ne pas appliquer au réveillon lui-même cette pratique miraculeuse. Pourquoi ne pas réveillonner en ligne !
Il suffirait d’aligner sur la table de la salle à manger , comme on le fait habituellement avec les assiettes, tout ce qu’on possède qui se connecte : le téléphone portable, la tablette, l’ordinateur, la télévision, la console de jeu et j’en oublie peut-être. Le moment venu il n'y a rien de plus simple que d’ouvrir le logiciel de messagerie instantanée sur chaque appareil et d’entrer en communication sur chacun avec un parent ou un ami lui-même douillettement 6 installé dans ses pénates 7. Selon le même principe et de manière exponentielle, ces convives 8 à distance pourront également se mettre en communication avec plusieurs de leurs relations. On se trouverait alors avec des centaines de participants qui s’associeraient à la même fête sans devoir faire le sacrifice du confort de leurs chaussons et de leur cher vieux fauteuil. Les avantages sont immenses : inutile de se ruiner en mets 9 coûteux qui néanmoins pourraient déplaire à certains, chacun mangera sa pizza dans son coin, donc pas de vaisselle gargantuesque 10 le lendemain matin, et finie la crainte de l’alcootest 11, épée de Damoclès des soirées trop bien arrosées 12, au moment de rentrer chez soi, car chez soi on l’est déjà.

1 un marronnier (ici) = sujet répétitif qui revient chaque année à la même époque dans les médias
2 s'ébaudir = se réjouir
3 en ligne = sur internet
4 rôder = déambuler avec de mauvaises intentions
5 une pléthore = une surabondance
6 douillettement = très confortablement
7 ses pénates (humoristique) = sa maison
8 un convive = une personne qui participe à un repas
9 un mets = de la nourriture raffinée
10 gargantuesque = énorme, colossal
11 un alcootest = instrument utilisé par la police pour dépister les conducteurs alcoolisés
12 arrosé (ici) = marqué par une grande consommation d'alcool


transcription de la dictée numéro vingt-six

Écoutez la dictée numéro 26
On trouve toutes les informations dont on a besoin sur internet, et dans tous les domaines : la santé, l’économie, les sciences, les lettres, etc.. Contrairement au proverbe qui prétend qu’ abondance de biens ne nuit pas 1, cette profusion est une arme à double tranchant car si l’on est ignare 2 en la matière, on est confronté à l’inextricable 3 casse-tête 4 de décider qui croire quand il s’agit de faire un choix ou de prendre une décision. Peut-on se fier au nombre d’opinions favorables ou défavorables et leur proportion respective, à la renommée ou aux titres de ceux qui les soutiennent ? Ces spécialistes, sont-ils objectifs ou quels sont les intérêts qui les motivent ?
On n’est pas plus avancé. Alors retour à la case départ 5 et on part puiser 6 des conseils auprès de ses voisins de palier.

1 abondance de biens ne nuit pas = on ne possède jamais trop
2 ignare = ignorant
3 inextricable = impossible à résoudre
4 un casse-tête = une énigme
5 retour à la case départ = revenir à zéro, au point de départ
6 puiser = (ici) aller chercher


transcription de la dictée numéro vingt-cinq

Écoutez la dictée numéro 25
Il faudrait être grand sage ou particulièrement chanceux pour savoir choisir à coup sûr le cadeau qui fera plaisir à un adolescent. La nature du produit ne posera que peu de problèmes étant donné que le bénéficiaire, quand il parle, ne parle que de ça. Mais attention il ne faut pas se tromper de marque. Ni de couleur. Enfin le modèle dans la gamme est également capital même si la marque est la bonne.
Pour résoudre ou plutôt contourner ces problèmes imbriqués il n’y a pas trente-six solutions, il n’y en a qu’une : offrir un bon d’achat. Certes c’est lâche et cela manque de poésie mais ce sont le contentement, le calme et la sérénité assurés au moment de l’ouverture du cadeau, ce qui justifie toutes les compromissions et les bassesses.


transcription de la dictée numéro vingt-quatre

Écoutez la dictée numéro 24
Quand nos voisins sont partis ils ont été remplacés par de nouveaux voisins qui sont venus se présenter à nous peu de temps après leur emménagement. On les a accueillis avec chaleur et les avons invités à prendre un verre 1. La soirée fut charmante et bien arrosée 2. Ils nous ont confié qu'ils avaient toujours rêvé de venir s'installer dans ce coin 3 du pays parce que les gens y sont réputés aimables et bienveillants. Nous leur avons conseillé les meilleures balades 4 de la région: ils ont semblé très intéressés parce qu'ils sont tous les deux marcheurs nous ont-ils dit. Puis ils ont pris congé 5 et nous nous sommes quittés sur la promesse qu'ils nous ont faite de nous inviter en retour 6.


transcription de la dictée numéro vingt-trois

Écoutez la dictée numéro 23
Ils se sont rencontrés ou plutôt retrouvés sur le pont où des milliers de personnes passent tous les jours.
Ils ne s’étaient pas vus depuis plusieurs années. Ils s’étaient connus à l’école et étaient devenus amis parce que l’une et l’autre étaient musiciens. Pour s’améliorer, il leur arrivait souvent de s’entraîner ensemble sur le piano de leurs voisins les Dupont 1. Mais ceux-ci ont un jour déménagé, emportant avec eux l’instrument. Les deux amis sont partis pratiquer chacun de son côté et petit à petit ont cessé de se voir jusqu’à ce jour où ils se sont rencontrés ou plutôt retrouvés …

1 Dupont = nom de famille caricaturalement français


transcription de la dictée numéro vingt-deux (22)
Ce matin encore ma voiture a refusé de démarrer, probablement contrariée1 par une chute de neige nocturne un peu conséquente2. Je n'avais donc d'autre alternative que de patauger3 le long de la route jusqu'au village. Comme dans les contes de fées une voiture s'est arrêtée à ma hauteur4 et sa conductrice m'a offert de me conduire jusqu'à destination. Sans chichi5 sans grandiloquence6. Tout simplement par gentillesse. J'ai alors repensé aux paroles de Yann Arthus-Bertrand célèbre photographe naturaliste qui prétend que la politesse est écologique. Personnellement j'y associerai la gentillesse, cette attitude suprêmement7 délicieuse tant8 décriée9, méprisée10 par les beaux esprits11 selon qui être gentil est cucul12, concon13, indigne14. Étrange raisonnement. L'esprit des beaux esprits fonctionne semble-t-il15 aussi bizarrement que ma voiture.
1 contrarié = fâché, ennuyé
2 conséquent = grand, important
3 patauger = marcher (péniblement) dans de l'eau, de la boue, de la neige, etc.
4 à ma hauteur = à côté de moi
5 le chichi = prétention, affectation
6 la grandiloquence = grand mot, emphase
7 suprêmement = extrêmement
8 tant = tellement
9 décrié = critiqué
10 méprisé = dénigré, vilipendé
11 un bel esprit = personne qui se considère supérieure
12 cucul (familier) = idiot, crétin
13 concon (familier) = idiot, crétin
14 indigne = déshonorant, méprisable
15 semble-t-il = il semble que ...


transcription de la dictée numéro vingt-et-un
Ça y est, l'été a tiré sa révérence1. Contrairement aux esthètes2 qui se frottent les mains3 de voir revenir les teintes mordorées4 que prennent les feuilles mortes tombées en désuétude5 une fois l'été révolu6, et que collectionnent les enfants comme des bouquets pour l'enterrement des beaux jours, moi ça me désole, ça me navre7 d'entrer dans ce long tunnel noir et humide dont on ne verra le bout, au mieux, qu'en mars prochain. Six mois d'apnée8 mentale c'est trop pour moi : que de temps, que de mauvais temps perdu !
1 tirer sa révérence = s'en aller, partir
2 esthète = admirateur de la beauté
3 se frotter les mains = se réjouir
4 mordoré = marron foncé et doré
5 tombé en désuétude = abandonné, obsolescent
6 révolu = achevé, terminé
7 navrer = attrister, consterner
8 apnée
(féminin) = suspension de la respiration


transcription de la dictée numéro vingt
Parfois l'essentiel de la qualité d'une prétendue 1 oeuvre d'art réside dans le cadre où elle est placée.
Une partie des jardins du château de Versailles sont actuellement défonçés 2, éventrés 3 comme un vulgaire 4 chantier d'autoroute pour servir de présentoir à un étalage 5 apocalyptique de détritus 6 variés et de carcasses rouillées. De l'art brut en somme. Le Nôtre 7 chez les ferrailleurs.
Notez qu'il ne s'agit pas là d'une première.
Certaines colonnes fichées sur un parking de supermarché plutôt que les jardins raffinés du Palais-Royal à Paris auraient sans doute perdu de leur attrait esthétique !
Par le plus grand des hasards j'ai découvert un de ces objets d'art subtilement disposé dans un écrin bucolique. Permettez-moi de vous en faire profiter !
Pour lever le doute et clore le débat, plasticiens de tous poils, exposez donc vos oeuvres sur les murs immaculés des galeries ou dans des déserts de béton et vous démontrerez alors que, sans conteste, vous ne devez votre gloire à rien d'autre qu'à votre réel talent d'artiste.

1 prétendu (familier) = soi-disant, supposé
2 défoncés = avec de larges trous
3 éventrés = profondément ouverts
4 vulgaire = (ici) banal, ordinaire
5 un étalage = une présentation, une exposition
6 un détritus = un déchet
7 André Le Nôtre, jardinier du roi Louis XIV à Versailles


transcription de la dictée numéro dix-neuf
Tout fier de faire le zigoto 1, le Jacques 2, le zouave 3, le crétin, l'idiot, l'imbécile en dégringolant un escalier 4, dévalant 5 les marches deux par deux.
Patatras 6 ! Le voilà par terre, les quatre fers en l'air 7, pétrifié par la peur de s'être cassé un abati 8. Miracle, il est indemne, il s'en tire sans un bobo 9, sans un bleu, sans une égratignure.
Seulement une belle frayeur, de quoi lui rappeler que, somme toute, il ne casse rien 10 !
1 faire le zigoto (familier) = frimer, faire l'intéressant
2 faire le Jacques (familier) = faire l'idiot
3 faire le zouave (familier) = faire le zigoto
4 dégringoler un escalier = le descendre à toute vitesse
5 dévaler = descendre à toute vitesse
6 patratras = évocation du bruit d'une chute
7 les quatre fers en l'air = renversé sur le dos
8 un abati (familier) = un membre, bras ou jambe
9 un bobo (enfantin) = une blessure insignifiante
10 il ne casse rien (familier) = il n'est vraiment pas remarquable


transcription de la dictée numéro dix-huit
Riquiqui 1 le mois d'avril. Et pour cause 2. Ne commence-t-il pas par la fête des farceurs, le jour des poissons d'avril qu'on accroche dans le dos des copains?
Un mois en demi-teinte en quelque sorte, entre deux portes.
Il y a en effet du courant d'air dans l'air ce mois-là. Ne dit-on pas: " En avril ne te découvre pas d'un fil! " ?
Alors faisons le dos rond et patientons. Son successeur, le sémillant 3 mois de mai nous apportera des ponts 4 interminables, le festival de Cannes et le tournoi de tennis de Roland-Garros. Quel soulagement !

1 riquiqui (familier) = petit
2 et pour cause = pour une raison évidente
3 sémillant = plaisant, vif, fringant
4 un pont = un week-end auquel s'ajoutent un ou plusieurs jours fériés. Un jour férié est un jour de semaine où on ne travaille pas, par exemple le jour de la Fête Nationale


transcription de la dictée numéro dix-sept
Il est là, n'est-ce-pas ? Là où ? Partout. Vous voulez dire le soleil ? Pas seulement. Les feuilles naissantes. Les fleurs à peine écloses. L'air léger. Les effluves 1 végétaux émanant 2 des haies et des buissons.
On renaît. On se remet à faire des projets. Les envies ressurgissent.
Des balades en campagne. Des baignades à la mer. Souper sous les étoiles. Se coucher à pas d'heure 3 et profiter du temps qui passe si joliment.
C'est dans l'air du temps, le temps du printemps.

1 effluves (nom masculin) = odeurs subtiles
2 émanant = provenant de, émis par
3 à pas d'heure = à une heure très avancée de la nuit


le corrigé de la dictée numéro seize
C'est le mois charnière 1. Un pied en hiver, un pied au printemps.
Février, mi-ange mi-démon, se fait détestable quand il apporte la neige et le verglas tout autant qu'adorable quand il ensoleille et agrandit nos journées.
Ambivalent, faut-il le considérer comme le dernier sursaut 2 des frimas 3 et de l'obscurité ou l'avant-garde des beaux jours revenus ?
Reconnaissons-lui le mérite de la modestie: à peine commencé déjà fini, il sait se faire oublier avec ses vingt-neuf jours les grandes années !

1 charnière = qui marque le changement, la transition
2 dernier sursaut = dernier effort, ultime tentative
3 frimas = brouillard(s) épais et froid(s)


le corrigé de la dictée numéro quinze
Dans l'euphorie des fêtes chacun de nous claironne 1 ses résolutions pour la nouvelle année: cesser de fumer, se mettre au sport, manger des fruits et des légumes, lire un livre par mois, se coucher avec les poules 2 , boire de l'eau, ne plus prendre l'ascenseur mais les escaliers, arrêter les cacahouètes salées, aller au travail à pied, et cetera 3, et cetera.
Un conseil: enregistrez cette liste d'engagements sur votre ordinateur: elle vous fera sourire l'année prochaine à la même époque.

1 claironner = annoncer largement
2 se coucher avec les poules = aller au lit tôt
3 et cetera = etc


le corrigé de la dictée numéro quatorze
Voici que se profilent le nouvel an et sa cohorte 1 de poncifs 2: à la radio, les chansons de circonstance se suivent et se ressemblent, les guirlandes électriques scintillent en travers des rues, des sapins saupoudrés de neige artificielle dans tous les coins 3, des pères Noël déambulent en groupes avec leur(s) fausse(s) barbe(s) et leur(s) hotte(s) remplie(s) de cadeaux factices.
Et cerise sur le gâteau, ne pas négliger d'envisager une crise de foie 4 avec un "e" à foie bien entendu !

1 une cohorte = un nombre important
2 un poncif = une banalité
3 dans tous les coins = partout
4 le foie = organe de l'assimilation des aliments


le corrigé de la dictée numéro treize
De quoi allons-nous bien pouvoir parler ? C'est l'angoisse de la page blanche.
Que dire du mois de novembre ? Que la France est passée à l'heure d'hiver, que désormais il fait quasiment (1) nuit à dix-sept heures trente ?
Cela mis à part, l'hiver arrive à petits pas, sur la pointe des pieds. Déjà Noël se profile. Les cadeaux s'amoncellent (2) dans les magasins. Les marchands de skis rouvrent leurs portes.
C'est chaque année pareil (3). Alors arrêtons-nous là et cessons de radoter (4).

(1) quasiment = presque
(2) s'amonceler = s'entasser
(3) pareil = la même chose
(4) radoter = se répéter, rabâcher


le corrigé de la dictée numéro douze
Quel sale temps! Il pleut à seaux. La pluie ne cesse de tomber sur la ville encore endormie.
Des mares d'eau sont apparues sur les trottoirs détrempés. De rares piétons se pressent pour tenter d'éviter d'être éclaboussés par les véhicules qui les frôlent.
Attention à ne pas glisser. Certes toutes les chutes ne seraient pas mortelles mais de si bonne heure se trouver les fesses mouillées à travers ses vêtements présagerait une bien mauvaise journée.


le corrigé de la dictée numéro onze
Les poux sont de retour sur les cheveux des écoliers qu'ils soient heureux ou malheureux de retourner à l'école.
" Je ne peux plus faire tout ce que je veux ! " se plaint mon petit-neveu acrimonieux * car la rentrée le rend nerveux d'autant plus qu'il pleut et qu'il rentre de l'école les souliers tout boueux.
Les yeux dans les yeux, avec un sourire malicieux, ses aïeux ** lui rétorquent *** qu'il aurait tort de s'estimer malchanceux.

* acrimonieux = de mauvaise humeur
** aïeux = grands-parents
*** rétorquer = répondre du tac au tac


le corrigé de la dictée numéro dix
Le lave-vaisselle ayant été victime d'un court-circuit fatal, nous avons été contraints de faire la plonge * à la main comme dans le bon vieux temps.
Toute la famille a été mise à contribution. Pendant que l'un lavait la vaisselle sale dans l'évier, un autre la rinçait et d'autres encore essuyaient chaque pièce méticuleusement.
On a bien ri en évoquant des souvenirs de plats cassés qui avaient été lâchés par le maladroit qui, en les essuyant, les avaient laissés échapper de son torchon humide.
Finalement ce fut un bon moment. On devrait peut-être laisser le lave-vaisselle comme il est et revenir au mode manuel !
Bien entendu je plaisante !
* faire la plonge = (familièrement) faire la vaisselle


le corrigé de la dictée numéro neuf
Elles se sont reposées quelques instants avant d'être appelées pour être testées afin d'être sélectionnées pour s'intégrer à la jeune entreprise en plein essor.
Qu'elles aient déjà terminé leurs études ne nuira pas à leurs futures carrières mais au contraire pourra s'avérer être un avantage non négligeable en vue de leur sélection.
Par-dessus tout, elles devront démontrer qu'elles sont déterminées et entreprenantes.
Elles se sont embrassées ou se sont tapées dans la main les unes les autres pour se porter chance avant d'entrer dans la salle d'examen.
Lesquelles seront embauchées lesquelles seront blackboulées personne ne saurait le dire.
Il faudra patienter jusqu'à ce que les résultats soient officiellement publiés.


le corrigé de la dictée numéro huit
Il ne faut plus que votre enfant rie autant à l'école. Il rit trop et s'il fallait que vous riiez aussi fort que lui on ne s'entendrait plus parler.
Bien sûr il est grandement souhaitable que vous riiez ou seulement que vous souriiez plusieurs fois par jour. Mais il est hors de question que vous riiez aussi bruyamment que lui.
Je vois que vous souriez de ce que j'aimerais que vous compreniez. La dernière fois vous avez tenu compte de mes remarques : souhaitons que vous fassiez de même cette fois encore !


le corrigé de la dictée numéro sept
Elle s'est sentie fatiguée, c'est la raison pour laquelle elle est allée se coucher plus tôt qu'à l'habitude.
Sa journée avait été très dure et lui avait semblé sans fin.
Levée à cinq heures du matin, et après avoir préparé les petits-déjeuners de ses enfants, elle était partie de chez elle à temps pour arriver au bureau pour huit heures et demie.
Le téléphone n'avait pas arrêté de sonner et elle avait dû rédiger et envoyer une grande quantité de lettres et de courrier électronique.
La fin de la journée était arrivée sans qu'elle s'en aperçoive tellement sa charge de travail avait été démesurée.


le corrigé de la dictée numéro six
Faut-il vous rappeler que vous auriez dû avoir rempli les documents que nous vous avons fait parvenir et que, sauf erreur de notre part, vous avez reçus par courrier, et nous les avoir renvoyés avant la fin du mois.
Nous sommes prêts à entamer une procédure afin de vous forcer à mener à bien les obligations auxquelles nous faisons référence, et qui sont les vôtres, et à respecter les délais fixés par l'administration.
Dans un souci de conciliation nous vous accordons exceptionnellement un délai supplémentaire d'une semaine et demie afin que vous puissiez rassembler tous les documents que nous avons exigés de votre part.


le corrigé de la dictée numéro cinq
Elles sont très déçues d'avoir perdu ces esquisses qu'elles avaient dessinées elles-mêmes.
Elles les avaient envoyées par la poste à leurs différents destinataires qui ne les ont jamais reçues.
Vont-elles être remboursées, partiellement ou intégralement, selon leurs estimations ou au moins se voir accorder une compensation financière? Rien n'est moins sûr.
Elles se sont imaginées que de souscrire une assurance aurait été une dépense injustifiée.
Il s'avère aujourd'hui qu'elles auraient mieux fait de dépenser un peu d'argent préventivement plutôt que de devoir entreprendre des démarches administratives dans le but incertain de récupérer si peu comparativement à la somme totale perdue.


le corrigé de la dictée numéro quatre
Dans l'avion qui m'a emmenée à Paris, j'étais assise à côté de deux femmes qui étaient apparemment amies.
Soudain l'une d'elles s'est levée et s'est écriée : " Où est ma montre ? Je suis sûre que je l'ai laissée dans la chambre que j'avais louée pour y passer la nuit précédant l'embarquement. "
Elle a crié à l'hôtesse : " Arrêtez l'avion immédiatement et faites demi-tour pour que je puisse retrouver la montre que j'ai oubliée à l'aéroport. "
L'hôtesse s'est approchée et a pointé son doigt vers le siège de la passagère énervée : " Votre montre n'est pas perdue. Elle est tombée de votre poignet jusque sur le sol : il vous suffira de la ramasser !


le corrigé de la dictée numéro trois
Madame,
Je vous informe par la présente que je serai en vacances les deux prochaines semaines.
J'aurais aimé vous rencontrer avant mon départ mais, étant donné la somme de travail restant à faire, il me semble qu'il serait déraisonnable d'envisager de fixer un improbable rendez-vous.
Je souhaiterais que pendant mon absence vous puissiez terminer de vérifier les documents qui vous ont été confiés. Je vous en remercie par avance.
Recevez, Madame, mes salutations les meilleures.


le corrigé de la dictée numéro deux
Monsieur,
Je me permets de vous rappeler que mes dernières demandes ont été ignorées et que les lettres que je vous ai envoyées sont restées sans réponse. Aussi, je vous demande instamment de me téléphoner dans les huit jours afin que nous puissions trouver un accord concernant la date à laquelle les travaux devront avoir été terminés.


le corrigé de la dictée numéro un
Je vous remercie pour votre lettre du quinze courant que j'ai lue avec beaucoup d'intérêt et de satisfaction. Voudriez-vous me confirmer que vous avez réellement l'intention de donner suite à votre offre d'emploi car celle-ci me conviendrait tout à fait étant donné que j'ai la formation et l'expérience souhaitées et nécessaires pour remplir cette fonction. Je pourrai vous transmettre les certificats de travail fournis par mes précédents employeurs ainsi que des lettres de référence rédigées par plusieurs de mes meilleurs clients.


  1. Première phrase   exemple

    Ecoutez le clip audio    premier clip audio (double-cliquez)

    Ecrivez la transcription   

  2. Deuxième phrase

    Ecoutez le clip audio    deuxième clip audio (double-cliquez)

    Ecrivez la transcription   

  3. Troisième phrase

    Ecoutez le clip audio    troisième clip audio (double-cliquez)

    Ecrivez la transcription   

  4. Quatrième phrase

    Ecoutez le clip audio    quatrième clip audio (double-cliquez)

    Ecrivez la transcription   

  5. Cinquième phrase

    Ecoutez le clip audio    cinquième clip audio (double-cliquez)

    Ecrivez la transcription   



Retour au blog

 


ALLER et ENVOYER
les réponses


Effacez le texte dans chaque boîte et remplacez-le par la forme du verbe demandée.

1. Lundi dernier Marie est allée au théâtre. ( explication )

2. Il faut que j' envoie cette lettre avant cinq heures ce soir.

3. Je vous remercie pour les documents que vous m' avez envoyés( explication )

4. Ma soeur souhaite que nous  allions la voir pendant les vacances.

5. Nous enverrons les échantillons à votre client dans les meilleurs délais.

6. Vous irez chercher notre client à l'aéroport.

7. La banque nous envoie un relevé de compte chaque semaine.

8. Est-ce que vous  iriez habiter à l'étranger si votre entreprise était délocalisée ?

9. J'aimerais que tu  ailles chez le coiffeur.

10. Nous lui enverrons un reçu.

11. Ils  sont allés trop loin ! ( = ils ont exagéré ) ( explication )

12. Il faudrait que vous alliez à la réception chercher l'enveloppe.

13. Je lui envoie un fax cet après-midi.

14. Vous nous enverrez le document en PDF.

15. La cliente souhaite que vous lui envoyiez le devis aussi rapidement que possible.


Marie est allée : " allée " s'accorde au féminin ( le "e" final ) parce que le participe passé ( "allé" ) s'accorde avec le sujet ( "Marie' ) lorsque le verbe se conjugue avec l' auxiliaire " être ".

Les documents que vous m' avez envoyés : le participe passé ( " envoyés " ) d'un verbe conjugué avec l' auxiliaire "avoir" ( " avez envoyés" ) s' accorde avec le complément d'objet direct ( " les documents " ) si celui-ci est placé AVANT l' auxiliaire ( "documents" est dans la phrase AVANT " avez envoyés " ). Le mot "documents" est masculin pluriel. Par conséquent le participe passé "envoyés" est lui aussi masculin pluriel, c'est-à-dire avec un " S " final.

Ils sont allés trop loin : "allés" s'accorde au masculin pluriel ( le "s" final ) parce que le verbe est conjugué avec l' auxiliaire "être" ( " ils sont allés" ) et par conséquent le participe passé ( "allés" ) s'accorde avec le sujet ( "Ils" ) qui est masculin pluriel.
Marie va au théâtre > "Marie" est le sujet du verbe "aller" au présent > "Elle va"
Vous avez envoyé une lettre > "Vous" est le sujet du verbe "envoyer" au passé composé.

le lexique grammatical

auxiliaireil y a en tout deux auxiliaires qui sont avoir et être. La plupart des verbes se conjuguent avec avoir ( j'ai vu, nous avons parlé, ils auront vécu...... ), SAUF au passif où tous les verbes utilisent l'auxiliaire être.

complément d'objet direct" Je lis un livre. " Je lis quoi ? Un livre
" J'attends mon frère. " J'attends qui ? Mon frère.
Un livre et Mon frère sont respectivement complément d'objet direct de lire et d'attendre.

participe passé le participe passé du verbe est utilisé après les auxiliaires avoir ou être ( je suis parti, elle est revenue, j'ai dormi, ils ont marché..... ).
Le participe passé peut également être utilisé comme un adjectif ( les arbres abattus, les maisons construites trop rapidement..... ).

sujet le sujet est le mot qui pilote le verbe.
Il indique au verbe s'il est singulier ou pluriel, masculin ou féminin, première personne du singulier ( "je" ) ou deuxièrme personne du pluriel ( " vous" ), etc....


le verbe ALLERconjugué avec l'auxiliaire êtreformes féminines en rouge
le Présentle Passé Composéle Conditionnel
je vaisje suis allé/éej'irais
tu  vastu es allé/éetu  irais
il  vail/elle  est allé/éeil  irait
nous  allonsnous  sommes allés/éesnous  irions
vous  allezvous  êtes allés/éesvous  iriez
ils  vontils/elles  sont allés/éesils  iraient

le Futurl' Imparfaitle Subjonctif présent
j'iraij'allaisj'aille
tu  irastu allaistu  ailles
il  irail  allaitil  aille
nous  ironsnous  allionsnous  allions
vous  irezvous  alliezvous  alliez
ils  irontils  allaientils  aillent


le verbe ENVOYERconjugué avec l'auxiliaire avoir 
le Présentle Passé Composéle Conditionnel
j'envoiej'ai envoyéj'enverrais
tu  envoiestu as envoyétu  enverrais
il  envoieil  a envoyéil  enverrait
nous  envoyonsnous  avons envoyénous  enverrions
vous  envoyezvous  avez envoyévous  enverriez
ils  envoientils  ont envoyéils  enverraient

le Futurl' Imparfaitle Subjonctif présent
j'enverraij'envoyaisj'envoie
tu  enverrastu envoyaistu  envoies
il  enverrail  envoyaitil  envoie
nous  enverronsnous  envoyionsnous  envoyions
vous  enverrezvous  envoyiezvous  envoyiez
ils  enverrontils  envoyaientils  envoient


Plan du Site Cours d' Anglais Sites Associés